"Die Feldgleichungen der Gravitation"

réflexions sur un 25 novembre

2015-11-25

Ce 25 novembre, après une accalmie sans doute liée au réchauffement climatique, le froid reprend ses droits. La France et d'autres pays sont sous le choc des attentats terroristes.

Alors que notre planète se meurt, nous apprenons ce même jour que des manifestations peuvent être interdites par les préfets lors de la COP21 et qu'au total, 120.000 policiers, gendarmes et militaires seront déployés sur l'ensemble du territoire pour assurer notre sécurité.

Jean Michel Billaut ajoutera sans doute que l'ENA et ses anciens élèves sont toujours prompts à rajouter du drame au drame et rendre cette journée du 25 novembre 2015 encore plus oppressante que de raison.

Alors, même si comparaison n'est pas raison, sautons un siècle en arrière et regardons de plus près.

Il y a exactement 100 ans, le 25 novembre 1915, l'Europe était en guerre. Depuis la mer du Nord jusqu'à l'Alsace, dans plusieurs zones continues, entourées de réseaux inextricables de fils de fer barbelés, les immenses armées vivaient dans les tranchées.

Il y a exactement 100 ans, le 25 novembre 1915, la France lançait le premier grand emprunt de la guerre sous le nom d'Emprunt de la Victoire avec plus de 2 milliards de francs souscrits.

Il y a exactement 100 ans, le 25 novembre 1915, naissait Augusto Pinochet dont le régime totalitaire sera marqué par de multiple violations des droits de l'homme (plus de 3200 morts et 38000 personnes torturées (voir wikipedia)).

Pas simple n'est-ce pas ?

Pourtant il y a 100 ans jour pour jour, Albert Einstein remettait un court essai pour publication dans les Actes de l'Académie des sciences de Prusse à Berlin : "Les équations de champ de gravitation".

Le timbre de réception des 32 pages de cet article marque le véritable anniversaire de la théorie générale de la relativité. Après huit années d'un travail acharné qui le mènera au bord du désespoir, Albert présentait dans une forme pas tout à fait définitive son travail du siècle.

Il y a beaucoup à dire sur cette théorie et il est couramment admis qu'elle n'est pas la théorie ultime de la gravitation. D'un point de vue théorique, les tentatives de développement d'une théorie quantique de la gravitation ou d'une théorie qui unifierait les interactions fondamentales produisent des déviations par rapport à la théorie d'Einstein.

En revanche, elle connut rapidement des succès expérimentaux tels que l'explication de la précession du périhélie de Mercure, et en particulier le 29 mai 1919 l'observation de la déflexion de la lumière lors d'une éclipse de Soleil par Sir Arthur Eddington.

Pourtant aujourd'hui, ce 25 novembre 2015, nulle trace de ce centenaire majeur, pas même l'habituelle animation sur la page Google. Rien.

La recherche, qu'elle soit en physique, en chimie ou en informatique prend du temps. Beaucoup de temps. Et bien souvent le travail des passionnés qui oeuvrent pour changer le monde est oublié.

Ce travail est souvent contesté comme aujourd'hui certains scientifiques qui remettent en question le changement climatique en cours par une critique de l’impartialité du GIEC (Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat), doutant de l’exactitude des chiffres ou de certaines des méthodologies suivies.

D'autres s'acharnent aujourd'hui encore à faire d'Albert Einstein un plagiaire et à tourner en dérision son travail sur la théorie générale de la relativité comme s'il s'était agi d'un vaste canular .

On entend aussi ces derniers jours que les terroristes peuvent contourner la surveillance généralisée mise en place avec le concours ou la complicité des citoyens grâce à l'utilisation du cryptage ou des monnaies virtuelles. On entend beaucoup de choses...

Chez Mediawen, nous bossons. Nous bossons même très dur. Nous ne sommes pas des adeptes du vaporware. Ce que nous montrons fonctionne. Ce que nous montrons est en production. Et nous vous préparons de belles technologies.

Certes, rien de ce que nous faisons n'aura l'importance du travail d'Albert Einstein et de son ami Grossmann. Et quand on voit aujourd'hui le traitement réservé à l'un des deux piliers scientifiques de notre civilisation en ce jour anniversaire, il y a de quoi s'interroger sur le degré de cécité, d'ignorance ou d'ingratitude de notre époque.

Mais le fait est que nous sommes passionnés. Passionnés par la technologie bien évidement, mais aussi par celles et ceux qui utilisent au quotidien ce que nous développons. Alors avec ou sans reconnaissance, nous continuons à bosser. Avec vous. Pour vous. Merci. Merci infiniment.

Et bon anniversaire à vos 32 pages cher Albert !